Survie

Cher Keren Esther,

Je désire prendre quelques moments pour exprimer mes remerciements en mon nom et celui de ma femme. Chaque mois, quand je reçois ma paie, je paie d’abord ce qui doit absolument être payé puis je calcule ce qui reste pour le reste du mois. La plupart du temps, ce qui reste est minime et par fois même nous sommes dans le rouge.

Le mois dernier, il me semblait que nous allions parvenir à joindre les deux bouts et j’étais heureux à l’idée d’arriver à la fi n du mois sans être obligé d’entrer dans les dettes. Puis ma femme a contacté une infection à l’oeil et les frais médicaux nous ont laissé une fois de plus dans le rouge. Ceci a été suivi par ma fille qui a attrapé le même virus etc. et le cercle vicieux continue…

La semaine dernière, ma femme m’a téléphoné et m’a dit que nous devions absolument trouver de l’argent frais car nous avions déjà envoyé le chèque du loyer et s’il était encaissé…. J’étais absolument perdu pendant deux jours car je ne savais pas comment le faire. J’ai pensé te téléphoner mais j’hésitai beaucoup parce que:

  1. C’est vraiment très difficile de demander.
  2. Ces dernières semaines, les Chlou’him ont sollicité des fonds pour des familles de Chlou’him qui ont subi des tragédies inimaginables et d’autres qui font face à de grosses dépenses pour sauver les vies de membres de leurs familles. J’estimai que mes difficultés financières personnelles sont insignifiantes. (Et je continue de remercier Hachem pour toutes les merveilleuses bénédictions dont Il me comble dans ma vie).

La semaine dernière, je discutais avec mon épouse et lui demandais si je devais téléphoner : elle était encore plus réticente que moi… Tandis que je disais ces mots tout en tapotant mon téléphone, j’ai vu que j’avais reçu un e-mail avec le titre:«Vous avez reçu de l’argent !». Alors que le montant était ‘hassidiquement « sentimental, c’était pratiquement au dollar près l’argent dont nous avions immédiatement besoin ! ! !

Je ne peux pas même commencer à vous décrire le sentiment de soulagement et le niveau de stress qui a diminué considérablement mais plus encore, le sentiment qu’un autre Chalia’h que d’autres Chlou’him non seulement pensent à leurs camarades mais agissent ! Le cœur se gonfle de joie et de fierté de faire par tie d’une famille si spéciale et, sans aucun doute, notre Mechaléa’h et père en retire certainement une véritable satisfaction.

Du fonds de mon cœur, je vous remercie et vous souhaite santé, satisfaction de votre famille et véritable largesse, succès dans vos initiatives personnelles aussi bien que dans votre mission sacrée; puissiez- vous être béni avec tout le bien, matériellement et spirituellement.

Avec tous mes remerciements, Joyeux ‘hanoucca